Accélération digitale

Podcast, intelligence artificielle, blockchain… devez-vous succomber au buzz ?

Par 4 septembre 2019

« Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit. »
Saint François De Sales

Avec l’évolution constante et rapide de la technologie, les entreprises sont soumises à de nombreuses injonctions. Il y a 2 ans par exemple, il fut impossible de passer à travers celle relative aux chatbots. Si vous étiez une grande entreprise, il vous en fallait absolument un. De nombreux opportunistes se sont ainsi découvert une passion pour ces robots conversationnels, et beaucoup de projets ont été menés en dépit du bon sens.

Aujourd’hui, le « buzz » se concentre plus sur des mots comme podcast, blockchain, intelligence artificielle…

L’intérêt soudain et pressant pour le podcast me rappelle cette période où toutes les entreprises devaient absolument avoir un blog. Sauf que la plupart d’entre elles n’avaient pas vraiment pensé l’objectif de ce blog, le temps nécessaire pour préparer et produire le contenu, l’énergie pour le faire connaître… Dans les deux cas, les entreprises mal conseillées vont souvent chercher à surfer sur le côté sexy d’innovations dont tout le monde parle, avant de se demander si cela leur est vraiment utile (et notamment pour le business).

Concernant l’intelligence artificielle, des conférenciers ont créé leur visibilité en générant de la peur auprès d’audiences crédules : « Vous allez tous vous faire disrupter, vous allez vous faire remplacer, il y a urgence ! ». Pourtant, quand on regarde les préoccupations réelles des entreprises, on est loin de n’avoir que l’intelligence artificielle comme principale préoccupation : le sujet pressant est essentiellement celui de l’acculturation et de la montée en compétences des collaborateurs sur le sujet du digital, de l’optimisation des ressources pour récupérer le temps perdu en processus lourds et rigides, en outils non adaptés, en méthodes de travail d’un autre temps… L’intelligence artificielle c’est le futur, mais il ne faut pas oublier le présent, qui baigne lui-même souvent dans le passé.

Et pour la blockchain, combien de personnes ont réellement mis des projets en place ? Ceux qui en parlent savent-il réellement expliquer comment cela fonctionne techniquement et fonctionnellement ? Certes, on a tous entendu parler du Bitcoin, mais cela fait-il de nous des experts de la discipline ?

Alors, comment s’assurer que vous n’allez pas investir des centaines de milliers d’euros dans le vent ?

Voici mes quelques conseils :

  • Nourrissez-vous vous-même sur les sujets : faites-vous votre propre avis, en compilant des sources sérieuses, et pas des messages superficiels qui contribuent à crier avec les loups.
  • Rencontrez un maximum d’acteurs du sujets et faites confiance à ceux qui ont vraiment fait. Il n’y a rien de pire que les théoriciens pour vous lancer sur de mauvaises pistes (et ils sont nombreux).
  • Interrogez-vous sur le degré de priorité : vous avez déjà beaucoup de chantiers en cours, votre navire connait plusieurs fuites, devez-vous les réparer ou vous lancer tout de suite à l’assaut d’une nouvelle destination ?
  • Assurez-vous que le projet s’intègre, et serve, une vision et un plan stratégique cohérent. On ne fait pas rentrer au chausse-pied ce qui ne doit pas l’être.
  • Anticipez les ressources nécessaires (humaines, techniques, budgétaires…) sur le long terme, et demandez-vous jusqu’à quand vous êtes prêt à investir sans résultat satisfaisant.
  • Testez dans l’ombre, apprenez, puis dévoilez.

La transformation digitale ne doit pas être un outil de communication. Elle doit être pensée comme un tout, par des directions clairvoyantes et bien accompagnées.

Sur le sujet du buzz et de la technologie, je vous conseille de suivre régulièrement la « Hype Cycle » de Gartner, qui montre bien la différence entre l’intérêt démesuré généré (Peak of inflated expectations), et la réelle adoption (Plateau of productivity). Il peut se passer plus de 10 ans entre le moment où tout le monde s’excite sur une technologie, et le moment où elle est réellement bien utilisée dans les entreprises.

Comme le montre cette courbe sur laquelle les 3 dernières phases sont quasi vierges, si ce que vous poursuivez c’est la pure innovation technologique, vous avez l’embarras du choix car ces 5 dernières années, il y en a eu pléthore.

Vous avez donc toutes les chances de perdre du temps ou de l’argent (ou les deux).

Notre conseil est de centrer votre recherche sur des préoccupations plus pragmatiques : l’innovation permet-elle de gagner en productivité, de sécuriser des parts de marché, ou de développer de nouvelles opportunités.