Accélération digitale

Quelles interfaces web pour le Futur ?

Par 18 juin 2019

« Le design, c’est la créativité associée à la stratégie. »
Rob Curedale

Les mutations que connaît le Web, tant sur le fond, que sur la forme sont motivées par les nouveaux comportements des utilisateurs, qui viennent façonner notre expérience sur la toile. Rien n’est fait au hasard, tout est scrupuleusement étudié, compté, et analysé.

Cela fait maintenant plus de 20 ans que les premiers sites web grand public ont vu le jour.

Auparavant, il y avait de nombreuses contraintes, qui rendaient la navigation périlleuse.
A leur début, les interfaces web furent très simples : des images avec du contenu textuel sur fond blanc. Ci-dessous la première interface web du célèbre site Amazon. On est encore bien loin des interfaces “responsives design” regroupées par thématiques.

Le pionnier du E-commerce a tout de même conservé une certaine similitude entre la nouvelle interface et l’ancienne, prouvant que la simplicité pouvait garantir le succès.

Vers une utilisation toujours plus massive de la data pour améliorer et personnaliser l’expérience

Désormais, les applications Web utilisent de nombreux langages, afin de créer et de scripter du contenu pour qu’il soit interactif et personnalisé. Il n’y a presque plus une page où il n’y a pas une once de code Javascript. Ce langage permet de créer des animations ainsi que des rendus visuels dynamiques. On est désormais capable de fournir à plusieurs utilisateurs un contenu différent selon des critères définis. Au delà de l’évolution de la complexité des langages informatiques, d’autres outils voient le jour afin d’optimiser et de rendre plus dynamique notre expérience sur le web.

D’autres outils externes comme l’Eye Tracking nous permettent de comprendre plus en profondeur le mouvement des yeux pendant la navigation. A partir des données recueillies, on peut évaluer quel contenu est le plus pertinent pour optimiser l’agencement des pages. La donnée, ce nouvel or noir des plateformes, permet de collecter de nombreuses informations, afin d’améliorer encore et toujours l’expérience en ligne.

Des sociétés comme Contentsquare ont su tirer profit de l’utilisation de ces données afin de créer une expérience utilisateur unique et propre à chaque internaute. Le but ici ? Maximiser la probabilité de conversion. Contentsquare utilise des technologies comme le Big Data et l’Intelligence Artificielle, pour analyser chaque session utilisateur. Elle visualise l’expérience de navigation de ses clients via des heatmaps et des statistiques détaillées, afin de connaître les  contenus qui ont retenu le plus d’attention.

Impossible désormais de passer à côté de tous ces outils d’analytics et de tracking présents sur les sites. L’analytics a pris le dessus dans la création et la conception des interfaces web.

L’interaction profonde avec les interfaces, bientôt incontournable

Afin de séduire et de convaincre au mieux les utilisateurs de procéder à un achat, les sites internet ont compris l’importance de donner vie aux produits à travers leurs interfaces. Le consommateur aime toucher, s’approprier le produit. Cette perte de sensation constitue un frein lors de l’achat sur internet. On peut notamment, devenir rapidement très insatisfait si le produit ne correspond pas à l’image que nous avons visualisée lors de notre achat en ligne (et cela augmente le taux de retour). L’utilisation de la réalité augmentée et de la modélisation 3D prend donc de l’ampleur, pour nous délivrer une information plus “tangible”, sur les sites de E-commerce.

Un bon exemple ici avec la société Numerized qui nous fait découvrir les produits sous tous leurs angles, via un savoir-faire mêlant la création de modèles 3D, l’intégration sur site web, ou encore la diffusion des objets sur les réseaux sociaux.

Ici on peut manipuler le rasoir comme s’il était dans notre main, afin de l’observer dans ses moindres détails. Désormais les produits prennent vie et commencent à devenir interactifs.

L’utilisation massive de ce type de technologies va bouleverser nos habitudes de consommation en ligne. Finie l’époque où on observait une simple image pixelisée, non fidèle de la réalité. Désormais, l’immersion devient plus profonde, et plus intense en émotion. Les interfaces web du futur intégreront aussi d’autres facteurs, comme la voix, le geste, et l’interprétation des émotions.

L’immersion sera plus intense avec les sites qui seront développés pour être compatibles avec la réalité augmentée ou virtuelle. Les interfaces du futur ne seront pas enfermées dans un écran physique, mais elles utiliseront le pouvoir des cinq sens. Les produits utilisant la voix comme interface principale sont de plus en plus populaires. Mais encore, bien plus que des interfaces web sur de simples écrans à dalle LCD, c’est le monde physique qui s’adaptera à ces nouvelles technologies, avec des murs et des miroirs connectés. Le monde physique s’imprégnera du digital pour basculer définitivement vers le phygital.

Ces nouveaux supports vont bouleverser la manière de concevoir des applications. Il sera également possible de transférer certains objets de la vie réelle vers un environnement de réalité virtuelle. Désormais, les sites internet prendront la forme d’un jeu-vidéo, ou chaque utilisateur aura une instance qui lui est propre avec différentes actions à réaliser, afin d’enrichir l’expérience utilisateur.

L’interaction entre l’homme augmenté et la machine, de la science-fiction ?

Il n’y a plus aucun instant de la journée, ni même de la nuit, où nous ne sommes pas équipés d’une machine : Airpods, Smartphones, montres connectées. Notre esprit est sans cesse sollicité par de nombreuses requêtes : pressions tactiles, notifications sonores, et des stimulus visuels. De plus la sollicitation affective engendrée par nos amis présents sur les réseaux, nous attire encore plus vers ces machines. Cette intégration de technologies permet aux entreprises d’aller encore plus loin dans la personnalisation du marketing de masse.

Il devient possible de s’immiscer toujours plus en profondeur dans l’intimité quotidienne des consommateurs, afin d’en apprendre toujours plus sur eux. Les interactions avec les machines, qui deviennent de plus en plus nombreuses, et plus autonomes, vont se faire à l’aide de la voix, du geste, les émotions, et peut-être dans un futur très lointain, directement à l’aide de notre pensée…

Internet est devenu au fil du temps un véritable champ de bataille, où les sites marchands se livrent une lutte quasi-frénétique afin de générer du trafic vers leurs sites. Ils se renouvellent sans cesse, afin d’appâter et de fidéliser leurs utilisateurs.

Mais la bataille fait rage aussi en dehors d’internet : on ne compte plus le nombre de magasins qui intègrent des fonctionnalités afin de capter les consommateurs via leurs téléphones, à l’aide de notifications géolocalisées, qui indiquent des promotions sur leurs articles préférés, ou des remises contre le téléchargement d’une application.

On parle alors de stratégie de commerce total (Total Commerce en anglais), où la frontière entre le virtuel et le réel devient de plus en plus étroite.

Les entreprises doivent désormais évaluer finement quelles sont les innovations et les supports que les consommateurs vont s’approprier, afin de les assister dans leur vie (et dans leurs achats).