Accélération digitaleTransformation digitale

L’importance de la culture dans une démarche d’accélération digitale #TransfoNum

Par 15 octobre 2018

« La culture est une arme de destruction massive »
Fleur Pellerin

Quand on parle d’accélération digitale ou de transformation numérique, on pense souvent que le coeur du sujet réside dans l’acquisition de compétences opérationnelles, ou dans l’achat de technologies. Ce n’est en réalité qu’une partie de la vérité, puisque les savoirs numériques ont pour caractéristique d’avoir une durée de vite très courte. Ainsi, si vous êtes formé aujourd’hui aux médias sociaux, vous aurez besoin dans 6 mois ou un an d’une mise à jour pour rester dans la course. Et côté technologies, s’il ne s’agissait que de les acquérir, le problème serait rapidement réglé à coups de millions d’euros.

Le coeur du réacteur réside plutôt dans l’évolution de la culture personnelle et d’entreprise, afin d’être le plus à même de s’intégrer dans les problématiques du nouveau monde, ou plutôt dans la réalité d’un monde qui a beaucoup évolué.

Du côté personnel, il est ainsi nécessaire de développer de nombreuses soft skills, et de travailler un état d’esprit qui vous amènera à plus d’agilité, une meilleure capacité de collaboration, et vous donnera aussi envie de vous auto-former quotidiennement. Le but n’est donc pas de devenir un singe savant qui connaît tous les bons mots du numérique, mais bien d’atteindre un état décomplexé que nous nommons chez SYSK la pleine conscience numérique.

Être en « pleine conscience numérique », c’est avoir parfaitement intégré les aspects humains et techniques que tout professionnel du 21ème siècle se doit désormais de maîtriser. Ce n’est pas de tout savoir sur tout, mais d’être conscient de ce que l’on sait, et avoir envie de découvrir ce que l’on ne sait pas. C’est apprécier les logiques de réseaux, qu’ils soient virtuels et physiques, c’est stimuler sa curiosité.

Ci-dessous, une liste non exhaustive des différences entre une culture traditionnelle et une culture digitale :

Du côté de l’entreprise, une étude internationale de CapGemini nous apprenait en 2017 que la culture actuelle des entreprises françaises était considérée comme le principal frein à la transformation digitale.

L’impact du numérique sur la culture et l’organisation qui y est liée est énorme. Et la réaction des entreprises face à ce phénomène est lente, puisqu’on estime qu’il faut 5 ans pour qu’un changement culturel soit totalement intégré dans l’entreprise.

De mon côté, j’accompagne mes clients à désormais intégrer la culture du chaos : apprendre à gérer l’incertitude, devenir une personne morale ou physique capable de naviguer dans un monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity and Ambiguity).

De cette évolution naîtront de nouvelles logiques de leadership et des cultures qui garantiront le succès des entreprises dans les années à venir. Votre culture est-elle propice à l’accélération de votre business ? Si vous avez un doute, n’hésitez pas à nous contacter.